Djelfa : La station de gravures rupestres « Faidjet Elben », un chef-d’œuvre de l’homme préhistorique

Date:

Située dans la commune de M’liliha, à 50 km de Djelfa, la station de gravures rupestres « Faidjet Elben » est un chef d’œuvre de l’homme préhistorique.

Les gravures de la station « Faidjet Elbene » sont considérées parmi les plus prodigieuses œuvres artistiques réalisées par l’homme préhistorique dans la région de Djelfa, selon des spécialistes en archéologie et des chercheurs de l’université Ziane Achour.

Cette station de gravures rupestres, restée longtemps méconnue des visiteurs, du fait de son éloignement des routes fréquentées par les citoyens, mais aussi de sa situation entre deux chaînes montagneuses, est un « véritable chef-d’œuvre de l’homme préhistorique », a indiqué à l’APS, le chercheur en archéologie et patrimoine de la région de Djelfa, Hakim Chouiha.

Les gravures rupestres de cette station se distinguent par leur style, dit de » Tazina », qui se traduit par l’effilement et l’épuration des lignes, un reflet du sens esthétique de l’homme de l’âge de pierre, a-t-il noté.

Ce site archéologique revêt une grande importance de par son emplacement, mais aussi en raison des gravures d’animaux et d’humains qui y sont représentés et qui mettent en évidence les changements climatiques et environnementaux intervenus dans la région, a ajouté le même chercheur.

Selon M. Chouiha, ces gravures représentent notamment des animaux, dont le rhinocéros et des sortes d’hyènes rayées, connues sous le nom de chiens sauvages d’Afrique ou lycaons, présents, à ce jour, dans le parc national de l’Ahaggar et du Tassili.

Selon la fiche technique de cette station, élaborée par Henri Lhot (chercheur français) et Malika Hachid (chercheuse algérienne), les gravures rupestres de cette station ont été réalisées dans le style dit « Tazina » qui se distingue par la beauté des formes et leur fluidité et caractérisées par l’absence de certains détails, comme la queue et les cornes des animaux, alors que les corps sont parfois reproduits en moyen ou petit format.

A son tour, le directeur par intérim de la culture et des arts, Aissa Kaâbouche a assuré que les gravures rupestres de cette station « sont assez bien conservées en dépit des aléas naturels ».

Il a fait part de l’inscription de ce site sur l’inventaire supplémentaire des biens culturels matériels de la wilaya conformément à une décision de cette dernière émise l’année dernière, outre sa proposition au classement national à l’issue d’une rencontre supervisée par la commission nationale des biens culturels en décembre dernier.

La rencontre a été sanctionnée par la validation du classement de ce site sur la liste du patrimoine matériel, dans l’attente de sa publication au Journal Officiel, selon le même responsable.

Plus de 50 biens culturels inscrits sur l’inventaire de la wilaya, et proposition de 10 sites au classement

Outre le site « Faidjet Elben », dont le classement au patrimoine national est doté d’une extrême importance, la wilaya de Djelfa compte 56 biens culturels inscrits sur son inventaire culturel, dont une dizaine proposée au classement, selon la direction locale de la culture.

Le directeur de la culture a cité parmi ces sites proposés au classement, celui des monuments funéraires de « Chenaba » et le fort romain avancé du lieu dit « Ben Lahouainia » de la commune d’El-Birine (Nord de Djelfa), outre d’autres sites archéologiques mis à jour récemment et un nombre de vieilles mosquées.

La wilaya de Djelfa compte 47 sites de gravures rupestres préhistoriques dotés d’une grande valeur patrimoniale et civilisationnelle, englobant près de 950 peintures rupestres, en plus de diverses pièces et objets en pierre, en os et funéraires, attestant de la présence de l’homme préhistorique dans la région qui plonge ses racines dans les temps anciens, selon les experts du domaine.

Ces œuvres d’art laissées par l’homme à travers différentes époques de son histoire sont le reflet de sa vie quotidienne, de son environnement et de son développement intellectuel, psychologique et cultuel à travers les âges, tout en informant sur les métiers qu’il exerçait (chasse et autres).

APS

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Canicule annoncée mercredi dans des wilayas du sud du pays

Une vague de chaleur affectera, ce mercredi, des wilayas...

Djanet : « Tedjella », plat traditionnel très sollicité par les touristes convergeant vers la région du Tassili-N’Ajjer

Le "Tedjella", un plat traditionnel de très grande popularité...

Décès du moudjahid Hadj Kebir Mokhtar

Le moudjahid Hadj Kebir Mokhtar, ancien membre de l'Armée...

Ouargla : de nouveaux projets de développement retenus au profit des habitants d’El-Borma

De nouveaux projets de développement ont été retenus au...